tu es belle quand tu es odieuse

Ailleurs. Les clés sur le rebord d’une table. Les fleurs séchées dans un vase. Ses baisers, un miroir sur le mur.

Ceci n’est pas ma vie. Un cul qui ne m’appartient pas. Des collants bleus.

Derrière la fenêtre des cris

encore
encore
encore

Comme avant. Comme d’autres. Le parquet de la pièce, la lumière. Nue sur le sol, les dalles instables, des coups de reins.

pas moi pas nous pas

Fenêtre ouverte. La porte ne ferme pas.

Je sors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *